Category Archives: EDUCATION :

Emmanuel HUSSENET: La COP21 à Paris pourrait-elle changer le monde ? Face à un enjeu universel, les limites du pouvoir politique ?

Ce n’est qu’une partie des questions auxquelles Emmanuel HUSSENET,

explorateur français du Grand Nord, écrivain et journaliste,

et Gueorgui STEFANOV (WWF – Bulgarie et Association “Щастливеца“), gestionnaire de projets – Coalition climatique en Bulgarie, vont proposer des réponses puisées dans leur expérience de terrain.

Le débat est organisé par l’Institut français de Bulgarie,

avec le soutien de la Commission européenne et en partenariat

avec le Réseau éducationnel PLACE FOR FUTURE,

WWF – Bulgarie, la Coalition climatique en Bulgarie et

les associations За земята – Приятели на Земята България“ (Amis de la Terre – Bulgarie)

еt “Щастливеца“.

Il sera animé par Radosveta KRASTANOVA

(Nouvelle Université Bulgare et Association “Щастливеца“)

 et Réseau éducationnel PLACE FOR FUTURE.

La COP21 à Paris pourrait-elle changer le monde ?

Face à un enjeu universel, les limites du pouvoir politique ?

Y a-t-il quelque chose de nouveau qui a émergé à la suite de la dernière Conférence des Parties (COP) 21 sur le Climat qui s’est tenue à la fin de 2015 à Paris ? Rappelons que chaque année, les participants de cette conférence se réunissent pour décider des mesures à mettre en place, dans le but de limiter le réchauffement climatique. Le 12 décembre 2015, un accord international sur le climat, applicable à tous les pays, est validé par tous les participants, fixant comme objectif une limitation du réchauffement mondial entre 1,5 °C et 2 °C d’ici 2100. Nombre de scientifiques, chercheurs, experts et hommes politiques, qualifient la convention, signée par près de 200 pays membres de l´ONU, comme un pas important car elle désigne la direction générale  et vise à coordonner les efforts à l’échelle du globe.

Et pourtant, les questions demeurent :

Les principales causes du réchauffement climatique semblent échapper à la gouvernance. Est-il de la compétence des États de réformer des règles commerciales mondialisées? Les pays riches pourront-ils payer les coûts drastiques afin de soutenir « la transition écologique »  dans les pays du Tiers monde et  « mettre au vert » l’économie mondiale? Aujourd’hui nous devons faire face aux effets de la pollution industrielle accumulée dans l’atmosphère au cours des décennies précédentes. Les générations à venir sauraient-elles s’adapter et survivre aux changements provoqués par notre génération?

Pourrait-on sortir de l’ère des énergies fossiles, et à quel prix? L’apport des énergies renouvelables serait-il suffisant afin de répondre aux besoins de nos sociétés et nos industries gourmandes en consommation? La solution technologique qu’on nous propose, saurait-elle nous faire sortir de l’impasse ou ne serait-elle qu’un leurre,  résultat d’une foi sans limites dans les capacités de la science et des innovations?  Ne serait-il plus sage qu’on s’oriente vers des modes de vie fondés sur une économie de décroissance et qu’on apprenne à réduire nos besoins au strict minimum?

En effet, c’est l’ensemble des activités humaines qui est en cause – les modes de vie, les pratiques agraires, les postulats  économiques liés aux concepts du développement et de prospérité, le système de prise de décision au niveau local, ainsi qu’au niveau global. Ce qui parait déjà incontestable, c’est qu’aucun pouvoir ne peut y faire quoi que ce soit, sauf en coopération étroite avec tous les autres et que les enjeux planétaires demandent des solutions à l’échelle de la planète. Des solutions qui exigent l’implication de tous les acteurs et de tout un chacun.

Ce n’est qu’une partie des questions auxquelles

Emmanuel HUSSENET, explorateur français du Grand Nord, écrivain et journaliste, et Gueorgui STEFANOV (WWF – Bulgarie et Association “Щастливеца“), gestionnaire de projets – Coalition climatique en Bulgarie, vont proposer des réponses puisées dans leur expérience de terrain. Le débat est organisé par l’Institut français de Bulgarie, avec le soutien de la Commission européenne et en partenariat avec le Réseau éducationnel PLACE FOR FUTURE, WWF – Bulgarie, la Coalition climatique en Bulgarie et les associations “За земята – Приятели на Земята България“ (Amis de la Terre – Bulgarie) еt “Щастливеца“. Il sera animé par Radosveta KRASTANOVA (Nouvelle Université Bulgare et Association “Щастливеца“).

Еманюел Юсене:
Може ли Клrматичната конференция в Париж да промени света?

В състояние ли е политическата система да се справи с един планетарен проблем?

facebook event: CLICK HERE!

plakat

Двата дебата се реализират с финансовата подкрепа на Европейския съюз.

Съдържанието на дебата е изцяло отговорност на „За Земята » и по никакъв начин не може да се приема, че отразява позициите на Европейския съюз.

Programme – UNIVERSITE DE PRINTEMPS L’EUROPE: TCHIPROVTSI 2014 Engagement citoyen et Développement soutenable 19-24 mai 2014, Tchiprovtisi,

Nouveau:

UNIVERSITE DE PRINTEMPS L’EUROPE VOYAGE: TCHIPROVTSI 2014 Engagement citoyen et Développement soutenable 19-24 mai 2014, Tchiprovtisi, Bulgarie

* * *

Vous pouvez consulter le programme détaillé de l’Université printanière ici :

* * *

Radosveta Krastanova Le Mouvement Vert en Bulgarie

The Green Movement and the Green Parties in Bulgaria: Between System Integration and System Change >> download
(in Englisch)

CONTENTS

Introduction

  • Part I: The Green Movement as a Dissident Movement

    Origins and Emergence of the Green Movement in Bulgaria
    The Inspirations of the Dissident Movement in Bulgaria: Environmental Humanitarianism,
    Ecological Issues, Human Rights Activity, and Social Change
    From Global Change to Local Action
  • Part II: The Green Movement as a Non-Governmental Organization

    From Dissident Politics to European Policies: Professionalization and Europeanization of the Green Movement Establishment and Consolidation of the Environmentalist NGOs
    Institutionalization of the Environmental Issues by Making Them Part of the Political Agenda
  • Part III: The Green Movement as a Civic Movement of a New Type or the « New Green Wave »

    The Green Movement within the Post-Transition Context: New Challenges, New Issues, New Actors
    Civic Green Policy
    From Local Campaigns to a Global Change
    From a Grassroots Movement to the Establishment of a New Green Party
  • Part IV. The Green Movement and the Green Parties
    Parties of the Change and Parties of the Status-quo
  • Conclusion
  • The development and distinctiveness of the Green Movement and the green parties in Bulgaria reflect the intricate logic of the transformations, which have been taking place in Bulgarian society over the past quarter of a century. The actors of the Green Movement have responded to these processes both in the direction of system integration and – more frequently – in the direction of contesting and opposing the system, whereby in their most productive periods they have even contributed to system change.
  • Much like the green parties in the West, the Bulgarian environmental movement is the result of a social evolution promoted by a middle class that has endorsed a new type of modern culture. This middle class, however, has emerged and consolidated at a different historical time and in quite a different setting. This is the reason why it mirrors peculiarities that are common for the civic movements in the countries of the former socialist system, but at the same time it manifests specific traits typical for the « Bulgarian model » of transition.
  • Environmentalism is one of the few causes capable of generating wide public support in Bulgarian society on an ongoing basis. During the three stages of its evolution (the « dissident » period from the end of the 1980s, the « NGO » period during the 1990s, and the « new green wave » of the first decade of the 21st century), the Movement has been expressing public discontent, has defended public interest against private interests clad in power, and has been a unifying factor of the broad moral opposition against the practices of the political status quo. The Green Movement has also been manifesting the national attachment to Nature, the deep cultural roots of which span over centuries.
  • Despite its achievements, the Green Movement has failed to embed an autonomous and influential green party of its own in the institutions of power. The Movement – Party relationships are problematic. What has gained the upper hand is the logic that the Green Movement should go without a party and that the green parties should be outside the Green Movement. The reason why is that parties take environmentalism on board to the purpose of coming to power but afterwards they rapidly get marginalized.
  • The willpower for direct civic participation in the decision-making processes over the last years has marked a new stage in the development of the Green Movement. After 2005, the consolidation of the environmentalist community into a civic coalition named « For Nature in Bulgaria to Stay » and the establishment of a new green formation determined to represent an authentic environmental party (the Greens), have set up prerequisites for launching an autonomous environmental project in Bulgaria. The volatility of the party system and the voter disappointment with the parties of the status quo now have opened opportunities for new political actors to emerge.
  • The integration of the environmental project goes through the lasting inclusion of the green priorities on the agendas of all political parties and in the country’s policy at large. So far, the Bulgarian political system is far from envisaging an objective like this. The role of a catalyst to these processes once again falls on the shoulders of civic society embodied by the Green Movement, whereas the hopes for a « green breakthrough » in the system will continue to be linked to the synergy between this Movement and an authentic Green Party.

UNIVERSITE ITINERANTE ET ECOLE D’ETE TCHIPROVTSI 2013 Programme

UNIVERSITE ITINERANTE ET ECOLE D’ETE DE BONNES PRATIQUES DE DEVELOPPEMENT REGIONAL SOUTENABLE TCHIPROVTSI 2013

 

Cet événementà vocation ducationnelle s’inscrit dans la continuité de la dynamique d’une séried’événenementsconsacrésà la pratique du développement soutenable iniciée par le réseauéducationnel PLACE FOR FUTIRE et faisant integrer des acteurs de l’éducation et de la recherche – universités et centres de recherche dont la Nouvelle université bulgare (NUB) et l’Institut d’Etude des sociétés et de la connaissance de l‘Académie des sciences de Bulgarie, des organisations environnementales, collectivités territoriales, praticiens, business verts (PME) et étudiants-volontaires.

La troisièmeédition de l’Ecole se tiendra traditionnellement à Tchiprovtsi, ville historique et site du patrimoine mondial, centre de la tradition catholique en Bulgarie située dans la région Nord – Ouest des Balkans. Elle sera adressée principalement aux étudiants de différentes disciplines de la Nouvelle université bulgare (Sciences politiques, Droit, Architecture et urbanisme, Communications de masse, Etudes sémiotiques, Etudes économiques et gestion du tourisme, Gestion et administration du business etc.) mais sera ouverte également à tous les hôtes de l‘Ecole désirant à y participer.

L’Ecole est co-organisée par la Nouvelle universite bulgare de Sofia, l’Institut d’Etude des sociétés et de la connaissance auprès de l’Académie des sciences de Bulgarie (Laboratoire d’Etudes anthropologiques) et les hôtes de l’Ecole – la Municipalité de la ville de Tchiprovtsi

Les thèmeséducationnels et de réflexion seront :

  • La conservation et la mise en valeur des patrimoines naturels et sociaux-culturels
  • Les bonnes pratiques et les enjeux devant les acteurs du développement soutenable – petites et moyennes entreprises (PME), collectivités locales, secteur associatif, ONG, administration et décideurs locaux
  • La question de la citoyenneté et la place des habitants
  • Les stratégies des collectivités locales àélaborer et réaliser des projets de développement urbain soutenable
  • Les défis devant l’administration et des décideurs dans la sphère des politiques publiques

L’Ecole a pour objectif d‘introduire les étudiants au débat sur les modes opératoires qui favorisent l’interaction entre les valeurs du patrimoine, les projets urbains et l’attente des populations. Elle doit permettre d’identifier et présenter aux participants des initiatives concrètespuisées du contexte national et local, et d’un plus large context européen. Elle pourrait enfin servir de base d’un programme d’échange et de coopération sur les nouveaux acteurs et les nouvelles pratiques,susceptibles d‘aboutir à l’avenir à un Programme de Master européen interdisciplinaire sur la Transition socio-écologique en Europe.

 

 

 

PARTICIPANTS :

Etudiants et enseignants - professeurs de la Nouvelle université bulgare (Départements de Sciences politiques, Communications de masse, Droit, Sciences économiques et Gestion du business, Architecture et urbanisme, Sciences naturelles, Etudes semiotiques) ;

Enseignants, chercheurs et experts (eventuellement – étudiants ) de l’Universite de Bourgogne et la Maison des Sciences de l’Homme à Dijon, France (àvérifier et à completer par les collèguesfrançais !!!) ;

Chercheurs de l’Institut d’Etude des societétés et de la connaissance auprès de l’Académie des sciences de Bulgarie ;

Représentants du secteur des organisations environnementales en Bulgarie ;

Represéntantsdu business soutenable de la région ;

Représentants de la collectivité locale de la commune de Tchiprovtsi – maire, conseillers municipaux et administration municipale ;

EquipeorganisationnelledelAssociationcitoyenneChtastlivetsaetduRéseauéducationnelPlaceforFuture

L’Ecole est ouverte aussi à tous et à toutes qui sont interessés par la thématique .

 

PROGRAMME

Universite itinérantePlace for Future Tchiprovtsi 2013: Partie I

Bus avec 50 places muni de micro

Lundi, 3 juin

8.00 – Départ de Sofia

9.30 -11.30 – VisiteguidéeàlafermebioTrinoga. Rencontre avec Philippe KIRILOV, président de l’association pour dévelopment soutenable Trinoga, petite conférence en anglais.

12.00 -14.00 – Visite du Parc national Vratchanski Balkan. Rencontre avec le directeur du Parc et visite guidée.

14.30 – 16.00 – Déjeunerà Montana

16.30 – 17.30 - Visite du Monastère de Tchiprovtsi, site du patrimoine mondial de l’UNESCO

18.30- 19.00 – Arrivée a Tchiprovtsi, quartier général de l’Ecole d’été.

20.00 – Dîner et temps libre

Ecole dété de bonnes pratiques de développement régional soutenable Tchiprovtsi 2013

Mardi, le 4 juin

9.00- 9.30h. -OuvertureofficielledelEcole, au Centre culturel, ou à la Municipalite, moderée par Radosveta KRASTANOVA, enseignante-chercheur à la NUB et présidente de l’association Chtastlivetsa, réseauéducationnel PLACE FOR FUTURE

Allocutions de M. le Maire de Tchiprovtsi Anatoliy PARVANOV, le Président de la NUB prof. Antoniy SLAVINSKI, prof. Gilles ROUET, attaché pour la cooperation universitaire et la recherche à l’Ambassade de France à Sofia, Mme. Roumyana STOILOVA, Directrice de l’Institut d’Etudes des sociétés et de la connaissance (Académie des sciences de Bulgarie), professeur Jean- Jacques GIRARDOT, représentant de l’Universite de Bourgogne et la Maison des Sciences de l’Homme a Dijon

10.00 -11.30 – Introduction à l’Ecole d’été

Tchiprovtsi et la Région des Balkans de Nord-OuestLa ville historique et la région(Yordanka ZAMPHIROVA, expert du patrimoine culturel et du tourisme, association ЧАР, Municipalité de Tchiprovtsi)

La Région de Bourgogne et la ville de Dijon : Le développement soutenable entre stratégie et realisation pratique-Collègue français

11,30 – 11,45 – pause

11,45 – 13,30: Тoma BELEV(Association nationale des parcs naturels en Bulgarie):Les parcs naturels en Bulgarie – histoire, gestion, bonnes pratiques à la lumière du Sommet Rio + 20

13,30 – 15,00 : Déjeuner

15,00 – 18,30 : Ateliers en plein air

Ecologie de la culture, de l‘architecture et de l’aménagement urbain : Patrimoine culturel et aménagement dеs espaces publics (Galina SLAVOVA, architecte, réseau éducationnel PLACE FOR FUTURE et Guergana STEFANOVA. Département d’Architecture, Nouvelle université bulgare)

Traditions, coutumes, arts et métiers régionaux et locaux :

Le tapis de Tchiprovtsi (professeurs du Lycée professionnel de formation au tissage de tapis traditionnels et maîtres tisserands de la ville, démonstration de tissage de tapis)

Gastronomie locale (présentée par Julia IGNATOVA, maître tisserand et ancienne professeure au Lycée)

18,30 – ….Dîner et temps libre

 

Mercredi, le 5 juin

9,00 – 10,00 – Le patrimoine naturel de Stara planina de Nord-Ouest comme facteur de développement soutenable au niveau régionalGueorgui STEFANOV. WWF- Bulgarie, Association bulgare pour la protection des oiseaux et Nouvelle université bulgare

10,00 – 11,00 – Comment créer un espace pour le business soutenable en Bulgarie : défis et perspectives(Vassilka GANEVA, Chaîne de restaurants et boutiques de nourriture biologiqueСлънце и Луна(Soleil et Lune); Anna Alexandra BOGDEVA et Martin GANEV, production et distribution de produits issus de l’agriculture biologique)

11,00 – 12,00 -Bonnes pratiques d‘urbanisme soutenable : La ville de Dijon (Franck DUBOIS et/ou autre collègue français ; à compléter le thème, le titre, à proposer 2 SOUS THEMES DU THEME CHACUN DE 30 min.)

12,00 – 13,00 – Les emplois vert en Bulgarie existent-ils ? – Dragomir KONSTANTINOV (Fondation Zelenika et Association nationale pour contrôle public sur l‘utilisation des fonds européens en Bulgarie)

Le développement soutenable et la sphère publique- Lilia SAZONOVA, Institut d’Etude des sociétés et de la connaissance

13,00 – 14,30 – Déjeuner

14,30 – 19,00 – Université piétoneVisite guidée à la chute de Tchiprovtsi, guides –l’ancien directeur du Lycée et historien de la région Nikola NIKOLOV et Mihail MIHOV, Agence de tourisme alternatifОдисея Ин (Odysseya In)et Association bulgare de tourisme alternatif (ABTA)

19,00 – Dîner et temps libre

Jeudi, le 6 juin

9,00 – 10,00 – Tourisme alternatif et soutenable : еntre la théorie et la pratiqueMariana MELNICHKA, Nouvelle université bulgare,Dessislava ALEXOVA,Collège international de business, Botevgrad et Association Chtastlivetsaet Mihail MIHOV, Agence de tourisme alternatifОдисея Ин (Odysseya In)et Association bulgare de tourisme alternatif (ABTA)

 

10,00 – 11,30Agriculture locale, produits régionaux –accent sur les problèmes et les succès des PME, réseaux de distribution de produits bio et régionaux, viticulture, tourisme culturel et historique et climat, à la lumière de la Convention européenne du paysage (Franck DUBOIS et /ou autre collègue français, à préciser le titre et les noms des intervenants)

 

11,30 – 13,00 – Le rôle des médias et des médiateurs pour la création, la mise en valeur ou la déformation de l’image public des initiatives régionales soutenables: Messages, symboles, bonnes pratiques – Discussion libre animée par Dessislava BOCHNAKOVA. Département de Communicatons de masse, NUB, Ivo VELINOV, Département détudes sémiotiques, NUB et Ivan POPOV, étudiant à la NUB, spécialiste des PR, Association Chtastlivetsa et réseau éducationnel PLACE FOR FUTURE

13,00 – 14,30 – Déjeuner

14,30 – 16,00Atelier au Lycée de Tchiprovtsiet visite guidée du Jardin des plantes.

16.30- 18.30 – Vie sociale à Tchiprovtsi : communauté locale, générations, éducation, emploi, sphère publique : Discussion animée par la directrice du Lycée et le professeur de lycée Nikola NIKOLOV, Yanina TANEVA, Fabrique pour des idées et expérimentation sociale et Aleksey PAMPOROV, chercheur à l‘Institut d’Etude des sociétés et da la connaissance, spécialiste des communautés ethniques en Bulgarie, notamment les Roms. Participent aussi des étudiants, jeunes de la ville, représentants de la communauté localeet de la société civile.

 

Vendredi, le 7 juin

9,00 – 10,00 – Défis administratifs et juridiques devant le développement soutenable à léchelle régionaleSvilen OVTCHAROV, Coalition For the Nature et Dragomir KONSTANTINOV (Fondation Zelenika et Association nationale pour contrôle public sur l‘utilisation des fonds européens en Bulgarie)

10,00 – 11,00 – Le réseau NATURA 2000et l’évolution des organisations environnementales en Bulgarie- Katrina RAKOVSKA, WWF et Andrey KOVATCHEV, Association pour la nature sauvage BALKANI

11,00 – 13,00 – La société civile verte en Bulgarie- Yordanka DINEVA (Fondation bulgare Biodiversité,pour la Coalition For the Nature in Bulgaria; etLa théorie incarnée en pratiqueЕcologisme et soutenabilité dans les pratiques des réseaux citoyens, notamment du réseau éducationnelPLACE FOR FUTURE,Radosveta KRASTANOVA, NUB et Petar KANEV pour le réseau PLACE FOR FUTURE

13,00 – 14,30 – Déjeuner

14,30 – 19,00 - Ateliers

Programme folklorique, cours de danses et de chants traditionnels à la Maison de la Culture

Dégustation : Gastronomie locale et vin de la région (cave Lopouchna, cave Magura )

19,00 – La dégistation culmine à un dîner commun en plein air au restaurant Kipro

REMARQUE : Chaque lecteur présente son thème en 15-20 min, la présentation est suivie de discussion libre avec les étiudiants et les hotes de l‘Ecole.

Université itinérante Tchiprovtsi 2013 –Partie II

Samedi, le 8 juin

10.00 h. – Départ de Tchiprovtsi

11.00 -12.00 – Visite guidée du village Beli Mel, rencontre avec Mme le Maire Radka DIMITROVA

  • 13.00 – 14.30Démonstration de maison passive par l‘architecte Gueorgui GUEORGUIEV, professeur à l‘Université d‘urbanisme de Sofia
  • 15.00 – 16.30 – Déjeuner au restaurant Mislen kamak à Belogradtchik
  • 16. 30 –20.00Visite des rochers de Belogradtchik, candidat pour les Nouveaux sept merveilles du monde, promenade guidée
  • 20,15 – 20,30 – arrivée à l‘hôtel Madona, Falkovets
  • 20.30 –Dîner et soirée musicale et dansante (activité facultatitve)

Dimanche, le 9 juin

9.00 – 10.30 – Petit déjeuner. Discussion avec le patron de la chaîne Madona Radoslav IVANOV sur le tourisme soutenable à Belogradtchik et dans la région

10.30 –Départ de Belogradtchik

12, 30 – 13.30 – Déjeuner dans le restaurant Chez Staline près du Monastère de Klissoura

16, 00 – 18.00 – Visite guidée du marais de Dragoman et du Centre pour visiteurs Dragomansko blato

19,30 – 20,00 – Arrivée à Sofia